Festval Imag’in ere – L’Organisation

En 2012, le collectif GRISP et ERE2-LSOM, historiquement rassemblé sous l’appellation ERE2 fêtait ses 10 ans. A cette occasion, l’association GRISP, que je présidais, s’est placé à l’initiative d’un rendez-vous avec le public autour du thème de l’imaginaire transcrit via l’image et la vidéo. Les productions de ERE2 ont servis de trame de fond à un week-end destiné à montrer qu’il est possible de faire beaucoup de choses si l’on est animé par la passion, la motivation et la détermination, sans forcément avoir un budget conséquent.
Tout au long du Week-end, l’association a mis en place des ateliers qui permettaient au public de se familiariser avec les différents métiers du cinéma par la rencontre de professionnels, d’amateurs avertis et par la mise en situation de ces professions. Le public, tout âge confondu, a ainsi pu découvrir le processus de création d’une œuvre audiovisuelle, du concept à sa finalisation en numérique.
Ce festival se voulait à la fois pédagogique, instructif et ludique.
En complément de cela, c’était pour les adhérents de l’association le moyen de fêter 10 ans d’existence. Et pour ce faire, un cocktail fut organisé à l’intention des membres, des partenaires et des mécènes de l’association.
La ville de Paray-le-Monial fut choisie pour le festival en raison de la forte implication de la région dans les projets vidéo tout au long des 10 années d’existence.
 
J’ai eu la charge d’organiser ce festival !
 
Pour décrire cette activité et passer en revue l’ensemble des travaux réalisés, je vais procéder par ordre chronologique des avancées menant jusqu’au festival :


1/ Second trimestre 2012 :

 
– Courrier municipalité :
Pour commencer, j’ai pris attache avec la municipalité de Paray-le-Monial pour présenter notre projet. Celle-ci a accepté de mettre à notre disposition le théâtre (équipé d’un écran de projection) et le palais des congrès de la ville à titre gracieux. Nous pouvions alors lancer officiellement le « Festival Imag’in ERE ». Celui-ci se composerait d’une zone exposition/ateliers ludique, d’une série de projection sur grand écran des réalisations du collectif associatif et du concert d’un de nos compositeurs. Une restauration rapide serait aménagée sur place. De plus, un cocktail privatif aurait lieu le samedi soir avant la projection des deux longs-métrages sur écran géant.
Une fois l’accord de la municipalité obtenue, nous pouvions lancer l’organisation du festival proprement dit.
 
– Petit mot sur le nom du festival : IMAG’IN ERE :

  • « Imag’ » pour le thème de l’image.
  • « ‘in » pour le « dans » en anglais mais aussi pour faire phonétiquement le mot « imagine ».
  • « eRe » en rapport avec le collectif ErE2, organisateur du festival et dont les projets servent de trame de fond au festival.
  • Le tout « Imag’in Ere » faisant phonétiquement « Imaginaire », thématique générale du festival.

 

A – Mise en place des supports de communication pour la recherche des sponsors

 
– Cahier des charges et recherches :
La première étape fut de déterminer le cahier des charges qui allait servir de base à l’ensemble des visuels. Avec le bureau de l’association, il fut décidé des éléments suivants :

  • Présence d’une bobine de pellicule cinématographique dans laquelle des images des réalisations du collectif eRe2 seraient intégrées à chaque vue.
  • Fond de type papier jauni dans lequel serait incrusté des images dessinées des productions du collectif eRe2.
  • Présence d’un clap de cinéma pour reprendre les informations importantes.
  • Titre du festival dans une police déstructurée et vectorisée sur la base d’un fond noir avec ombre blanche et reflets bleu.
  • Présence du logo de la ville de Paray-le-Monial.
  • Enfin, présence en superposition des logos des associations du Collectif ErE2
  • Uniformité de l’ensemble des supports de communication.

 
– Plaquette sponsors : 

Il est rapidement devenu évident que l’association ne pourrait pas supporter, à elle seule, le coût de l’évènement. Il était donc nécessaire trouver des sponsors et mécènes.
J’ai donc mis en place une plaquette recto/verso A4 sur support 250gr que j’ai envoyé à un certain nombre de sponsors potentiels de la région (Banques, commerces, municipalité).
Le courrier joint à cette plaquette demandait un rendez-vous destiné à présenter le festival.
 
– 4 feuillets sponsors :


Une brochure 4 pages au format, A5 sur papier 160g avec pliure centrale, a été réalisée pour détailler le festival et nos besoins. Elle était remise aux sponsors éventuels à l’issue de l’entretien que nous avions avec eux.
 
– Livret de presse de présentation du festival : 




Nous avons aussi pris rapidement contact avec les organes de presse locale de manière à faire circuler l’information concernant le festival. Pour cela nous avons établi un fascicule de 8 pages en livret de format A5 sur papier 100 gr et agrafé sur la tranche. Ces livrets ont été envoyés aux différents organes de presse écrite, radiophonique et télévisuelle.
 
– Site internet :

Pour compléter tout cela et communiquer « en temps réel » sur le festival, j’ai mis en place un site Internet. Celui-ci était clairement identifié comme un « site vitrine » informatif. Pas de modules interactif (blog, forum, etc…). J’ai eu la charge du visuel, de la mise en place et du suivi du site Internet.
 

B – Organisation du festival

 
– Devis buvette :
Rapidement, j’ai contacté les sociétés locales pour obtenir des devis pour l’organisation de la buvette. Des boissons fraiches et des repas froids (sandwiches) seraient servis au public. Le bureau voulait absolument une société susceptible de reprendre les invendus et c’est donc la Société France Boisson Bourgogne qui a retenu mon attention.
 
– Devis cocktail :
Pour le cocktail privatif du samedi soir, le bureau a privilégié un service de mise en place du fait que l’ensemble des organisateurs seraient occupés sur la zone du festival. J’ai donc contacté la société EURL Résidence Parodienne qui nous a proposé le meilleur tarif avec mise en place du cocktail dans la salle prévue à cet effet. L’association assurerait le service au cours du cocktail.
 
– Préparation des ateliers :

Lors de la préparation initiale le bureau a déterminé les ateliers à mettre en place. Les ateliers suivant ont été retenus :

  • Maquette : Exposition des maquettes utilisées dans nos production et possibilité de rencontrer les maquettistes, M. et Mme Lhuissier de l’association SSF.

  • Costumes : Exposition des costumes utilisées dans nos réalisations et possibilité de rencontrer la costumière, Mme Mailly

  • Montages et Effets spéciaux : Montage en direct et devant le public du film institutionnel pour le compte du « Crédit Agricole » par M. Mailly. Réalisation des effets numérique et de l’étalonnage de ce film, toujours devant public, par M. Matray.

  • Photographie : Exposition de photographies et concours photo organisé entre les photographes de notre association. Nous avons déterminé un règlement quant au nombre de photos engagées dans le concours (5 à 7 par photographe). Le public voterait pour sa photo préférée et déposerait son bulletin dans une urne qui serait ouverte le dimanche à la fin du festival. Nous avons aussi décidé de remettre un prix au photographe vainqueur à l’issue du festival.

  • Maquillage : Un atelier de maquillage permettrait aux plus jeunes de se faire maquiller suivant leurs convenances. Le moment aussi de rencontrer notre maquilleuse, Mlle Verine, et de s’entretenir avec elle.

  • Plateau de tournage : L’association Videon montera un plateau de tournage sur fond bleu. Le public pourra s’essayer au tournage avec des matériels tels que des grues ou des steady-cam. Ils visualiseront en direct le résultat de leurs vidéos.

  • Tables de jeu : L’occasion de s’initier aux jeux de rôle sur table au cours de parties rapides de jeu.

  • Projections : Une salle dédiée à la projection des réalisations courtes du collectif ErE2 sera mise en place en entrée libre. La projection des vidéos se fera en boucle par l’établissement d’une playlist informatique Le samedi soir, une projection spéciale en entrée libre des deux long-métrages du collectif permettra au public de découvrir ou redécouvrir les films : L’Ordre Sith et GRISP -Profiler.

  • Concert du Vendredi soir : M. Djew Melo, compositeur pour les projets du collectif ErE2, organisera un concert avec projection de ses 3 clips sur grand écran.

  • Restauration : Une buvette avec sandwicherie sera mise en place pour les visiteurs.


 
– Contact avec les personnes en charge de l’organisation du festival :

Pour que tout se mette en place, il m’a fallu prendre attache avec toutes les associations et les participants à l’évènement. Ainsi, après avoir défini avec eux leurs capacités d’animation, leurs besoins en termes de place et de matériel additionnel, j’ai été en mesure de chiffrer le nombre de participants au festival (comme « coordinateurs ») pour pouvoir commencer la gestion du logement, des repas et de prévoir les éventuels co-voiturages (La plupart venant de Paris et région parisienne).


2/ Troisième trimestre 2012

 

A – Mise en place de la com pré-festival

 
– Vectorisation des logos des partenaires et associations :

Une fois que j’ai regroupé tous les sponsors du festival, j’ai pu envisager de lancer les différents outils de communication présents sur le festival. Le problème s’est posé au niveau des logos de nos différents partenaires. La plupart n’avaient à leur disposition que des version « *.jpg » d’une qualité médiocre. J’ai donc vectorisé l’ensemble des logos afin d’obtenir une version optimale de chacun d’eux utilisable sur n’importe quel format de support. Une fois le travail fait, chaque partenaire a pu valider le logo fait par mes soins afin qu’il soit utilisé sur les supports.
 
– Affiche : 

En me basant sur le cahier des charges et les visuels déjà fait, j’ai créé l’affiche. A la pellicule de cinéma reprenant nos projets, j’ai ajouté une seconde pellicule avec les logos de nos sponsors.
 
– Flyers : 
J’ai décidé de faire 2 types de flyers :

  • Un flyer de type A6 (148 mm X 105 mm) en recto-verso avec l’affiche sur le recto et le programme sur le verso afin d’être distribué en ville, dans les boites aux lettres et sur les voitures.

  • Un second flyer en recto simple d’un format paysage de 200 mm X 99mm fut aussi créé. Il serait ajouté dans les enveloppes contenant l’invitation au Cocktail privatif. Sur celui-ci, il fut décidé par le bureau de ne pas faire figurer les sponsors puisqu’ils seraient envoyés à ceux-ci.


 

B – Organisation du cocktail

 
– Invitations (+ envoi avec flyers d’enveloppe) :



Le cocktail étant privatif, j’ai décidé de faire une invitation sortant de l’ordinaire. Quelque chose de plus « luxueux » que les flyers ou autres documents destinés à être tirés en un grand nombre d’exemplaires.
Il y avait une liste de 150 invités. En regroupant par familles, j’arrivais à un volume de 70 invitations.
J’ai décidé de partir sur un fond beige en 250gr avec une découpe laser d’une encoche sur le côté droit de forme arrondie et d’une encoche rectangulaire très petite sur le côté gauche. Ces deux encoches étaient destinées à tenir la seconde partie du carton d’invitation.
La seconde partie était constitué d’une papier blanc 160g avec le logo de l’association GRISP découpé dans le papier au laser. Cette partie contenait le texte de l’invitation et venait s’insérer dans les encoches de la première partie.
A cela, un coupon réponse en 100g complétait l’envoi, imprimé en recto/verso.
Chaque invitation + coupon était envoyé par courrier avec une enveloppe sérigraphiée au logo de l’association GRISP et accompagné du flyer paysage de 200mm X 99 mm.
Au final, le cocktail rassembla 82 personnes.
 
– Porte clé :

Pour le Cocktail, le bureau a décidé d’offrir à chaque participant un porte clé avec jeton de Caddie aux couleurs du festival. Lors de ma prise de contact avec la société Gamma Tec, il est apparu qu’il était impossible de commander moins de 200 portes clés vierges.
Le bureau a donc décidé d’extraire 82 porte-clés pour les cadeaux et de mettre en vente les autres à l’effigie de chacune des trois grosses réalisations du collectif ErE2 : L’Ordre Sith, GRISP-Profiler et Les Seigneurs d’Outre Monde.
Les logos de chacune des réalisations, ainsi que celui du festival, ont été imprimé sur un papier 160g avant d’être découpés, par planche, en découpe laser.

C – Organisation du festival

Pour que le festival se passe au mieux, un certain nombre d’outils de communication furent donc mis à disposition du public. Une autre partie fut destiné à la bonne organisation de l’évènement.
 

Pour ce qui concernait l’organisation proprement dite :

 
– Gestion des ateliers et des plannings :
     
J’ai organisé les ateliers en fonction des disponibilités de chacun et en tenant compte des projections pouvant nécessité la présence de certains animateurs. Rapidement, pour m’y retrouver, il m’a fallu mettre en place un planning journalier avec les postes de chacun aux différents moments de la journée.
 
– Gestion de l’exposition/concours Photo (Avec gravure du trophée) : 

 
J’ai fait procéder aux tirages photo dans un laboratoire indépendant de manière à avoir une qualité conforme à mes attentes et aux attentes des photographes.
Les photos étaient exposées sur des grilles mises à notre disposition par la mairie de Paray le Monial.
Une urne destinée à recevoir le vote du public fut positionné au niveau de l’exposition.
Le bureau décida que le photographe gagnerait un trophée de verre gravé à l’effigie du festival.
Il décida aussi, en accord avec les photographes exposants, qu’un tirage au sort des participants au concours permettrait à un gagnant d’avoir sa photo préférée au format poster.
Pour le trophée, j’ai travaillé avec la société Gamma Tec pour le support en verre vierge. J’ai alors travaillé avec Illustrator le visuel de trophée arrondie que j’ai gravé à la graveuse laser avec toutes les précautions nécessaires du fait de l’utilisation du Cermark, un produit chimique spécifique et cancerigene.

 
– Création des badges :

Pour faciliter les déplacements au sein du festival, le bureau a été décidé d’instaurer le port de badges pour les organisateurs afin d’aider le public à cerner leurs interlocuteurs.
Pour ce faire, j’ai créé un visuel destiné à être imprimé en recto-verso sur des badges en polymère de 86mm X 54mm.
Les badges ont ensuite été perforés sur leur partie haute et une attache plastique destiné à être accroché sur un vêtement fut inséré dans la perforation.
 
– Création des bons repas/boisson pour les organisateurs :
La gestion des repas fut une grosse organisation car il a fallu établir un inventaire strict des produits écoulés (en fonction des ventes et de la gestion des coordinateurs) de manière à pouvoir établir avec précision les bénéfices faits sur les denrées périssables.
Le bureau décida des choses suivantes : 4 repas étaient à prendre en compte pour l’équipe organisatrice – Vendredi Soir, Samedi midi, samedi soir et dimanche midi.

  • Le vendredi soir, le repas serait pris en commun, hors du public, avant l’ouverture du festival (à 19h). Il n’impactait pas les produits destinés à la restauration rapide sur le festival.
  • Le samedi midi, le repas serait pris au sein du festival, sur le compte des produits de la buvette. Instauration de tickets repas. Ainsi, on pourrait comptabiliser les tickets pour le bilan final et soustraire aux denrées vendues.
  • Le samedi soir, les organisateurs commanderaient leurs sandwich le midi et seraient préparés par l’équipe de la buvette. Le repas serait pris sur place, hors du public entre le Cocktail et la projection du soir.
  • Le dimanche midi, le repas serait pris entre les organisateurs avant l’ouverture du festival (13h). Il n’impactait pas les produits destinés à la restauration rapide sur le festival.


Il y avait 43 intervenants sur le festival. J’ai créé des tickets repas sur papier blanc 80gr avec impression recto-verso. Chacun reçu 1 tickets de restauration (sandwich + boisson) pour le samedi midi. Sur celui-ci, il devait faire figurer sa commande du soir.
 
Même problématique pour les boissons.

Le bureau décida que l’eau serait gratuite pour l’ensemble des intervenants. Pour les sodas, il en était autrement. J’ai créé des tickets boissons sur papier blanc 250gr avec impression recto-verso. Chacun des 43 intervenant reçu 4 tickets de boissons utilisable sur les 2 jours et demi du festival. Charge à eux de les gérer.
 
– Gestion du couchage/repas organisateurs :

De même, le logement des intervenant étaient à la charge de l’association. Une partie de l’équipe résidant sur Paray-le-Monial et sa proche région, il fut demandé à chacun d’héberger les intervenants extérieurs. J’ai donc établi une répartition, en fonction des moyens de locomotion, dans les différentes demeures des intervenants locaux.
 

Pour ce qui concernait les documents à disposition du public :

 
– Programmes accueil public :



Pour le public, il a été décidé de créer un « guide du festival ».
Je suis parti sur un livret de 8 pages sur papier 100gr en format A5 en livret, recto-verso avec agrafage double piqure centrale. Dedans, on y retrouvait les informations des différents ateliers, du concours photo, la présentation des associations et des œuvres projetés. Une place prépondérante, en quatrième de couverture, fut réservée aux sponsors.
 
– Billets Vendredi soir :

Le concert du Vendredi soir n’était pas en entrée libre. Il fallait donc des billets.
Le bureau a décidé de faire une série de Billets « invitations » pour les quelques VIP et les intervenant sur le festival. Les autres billets seraient vendus à 5 euros.
Le théâtre municipal Sauvageot de Paray le Monial a une contenance de 436 places.
J’ai donc créé le visuel des billets en gardant à l’esprit le cahier des charges du festival et la nécessité d’imprimer en noir et blanc du fait de l’utilisation d’un papier 60gr. Il fallait éviter de surcharger le papier en encre à cause de sa faible épaisseur.
Il fut imprimé 100 billets « invitation » et 300 billets payants. Chaque planche de billets a été micro perforé pour permettre un meilleur détachement du billet et de sa souche. Il fut agrafé 5 carnets de 50 billets payants et 2 carnets de 50 billets invités.
 
– Programme vendredi soir :

Le concert du vendredi soir étant en marge du lieu d’exposition du festival, il fut décidé de créer un dépliant spécifique pour l’évènement.
J’ai donc créé un 4 pages au format A5 avec pliure centrale sur un papier 160gr.
Ce dépliant était distribué au public à son entrée dans le théâtre.
 
– Billets Samedi soir :

La projection du samedi soir était en entrée libre. Néanmoins, nous devions absolument tenir compte de la capacité du théâtre pour des raisons de sécurité. Il a donc été décidé, là aussi, de mettre en place des billets.
Le théâtre municipal Sauvageot de Paray le Monial a une contenance de 436 places.
J’ai donc créé le visuel des billets en gardant à l’esprit le cahier des charges du festival et la nécessité d’imprimer en noir et blanc du fait de l’utilisation d’un papier 60gr. Il fallait éviter de surcharger le papier en encre à cause de sa faible épaisseur.
Il fut imprimé 400 billets. Chaque billet a été micro perforé pour permettre un meilleur détachement du billet et de sa souche. Il fut agrafé 8 carnets de 50.
 
– Programme samedi soir :

Les projections du samedi soir étant en marge du lieu d’exposition du festival, il fut décidé de créer un dépliant spécifique pour l’évènement, là aussi.
J’ai donc créé un 4 pages au format A5 avec pliure centrale sur un papier 160gr.
Ce dépliant était distribué au public à son entrée dans le théâtre.
 
– Création du fond d’écran pour l’habillage des ordinateurs du festival :

Pour le festival un certain nombre d’ordinateurs furent mis en place au sein de la salle d’exposition/animations. La plupart appartenait aux intervenants. Il fut décidé de mettre en place sur chacun de ces ordinateurs un fond d’écran commun aux couleurs du festival pour créer une unité.
J’ai donc créé ce fond d’écran en me basant sur les visuels précédents.
 

D – Gestion de l’activité annexe :

Notre principal sponsor nous a demandé de couvrir un de leur évènement majeur de la région : La finale du concours de labours 2012. Nous avons négocié avec eux pour couvrir l’évènement sur 2 jours et procéder au montage devant le public au cours du festival. Le film, ainsi monté serait projeté aux cadres dirigeant du Crédit Agricole Centre-Est le dimanche après-midi en fin de festival.
 
– Tournage Fête des labours :

Le tournage a eu lieu deux semaines avant le festival et pendant 2 jours et 1 soirée. Le cadreur a enchainé les rushs tant sur le concours de labours que sur le festival agricole qu’il y avait autour. Le projet devait déboucher sur une vidéo institutionnelle de 2 à 3 mn environ destinée a été diffusée dans les agences Crédit Agricole Centre- Est.
 
– Prises de vues photo :

De mon côté, bien que je sois en charge de la réalisation du film institutionnel, j’ai laissé une large part au cadreur quant au choix de ses plans. Je lui avais présenté mon idée pour le film, charge à lui de faire les prises de vues. Présent sur le festival, j’ai couvert celui-ci photographiquement. Les photos devant, elles aussi, être exposées dans les agences Crédit Agricole Centre-Est.
 
– La musique :
L’un des compositeurs de l’association a composé une musique de 2m10 destinée à servir de bande son au film final. Cette musique a servi de trame de fond sonore pour le montage. Le compositeur à crée la musique en amont du festival de manière à ce que les monteurs l’aient en leur possession sur le stand/atelier de montage pendant le festival. Et ainsi gagner du temps au montage final.
 
– Montage/trucages en direct :
Le montage, étalonnage, trucage et sonorisation du film institutionnel s’est fait au cours du Week-end du festival à la vue du public. Ainsi, les visiteurs pouvaient voir le travail de monteur et de truquiste sur un projet concret. Ils pouvaient aussi poser toutes leurs questions qu’ils voulaient au monteur et au truquiste.
 
– Organisation projection :
Le dimanche après-midi, une présentation du film, tout juste terminé, fut faite aux cadres dirigeant du Crédit Agricole Centre Est avec projection du film sur grand écran.


3/ Le festival :

 
– Gestion du Festival : 
Le festival s’est déroulé du Vendredi 21 septembre 2012 – 20h au Dimanche 23 septembre 2012 – 17h

Au cours de l’évènement j’ai eu à gérer le bon déroulement des projections et à suivre les activités menées sur chacun des stands. J’ai aussi eu en charge la présentation des projections au public, le contact avec la presse et avec les élus locaux.
Je devais aussi superviser la mise en place du Cocktail privatif et répondre aux petits soucis ponctuels (Pb d’informatique, questions sur le montage du film institutionnel…)

Enfin, j’ai eu en charge l’accueil et le suivis des cadres du Crédit Agricole Centre-Est le Dimanche à l’occasion de la projection.


 
– La couverture médiatique : 

Le festival a été couvert par un certain nombre de journaux de la presse local entre le Vendredi et le lundi.
 
– Rangement et clôture de l’évènement :
Le dimanche soir, j’ai supervisé le rangement des salles de projection, d’exposition et du théâtre.
Le Lundi, j’ai gérer le retour des stocks.
Au cours de la semaine suivant, j’ai fait le bilan financier et participatif que j’ai remis au bureau de l’association. J’ai aussi remercié par courrier électronique l’ensemble des participants.
 


Quels sont les savoir-faire, qualités ou habiletés requis pour effectuer cette activité ?

Pour réaliser l’ensemble de ces activités, il a fallu faire preuve de patience et de diplomatie. Bien que je sois en charge des réalisations, le travail sur le festival était un travail d’équipe. Il était nécessaire de garder une bonne ambiance dans l’équipe afin d’avancer de manière régulière sur les différents points à faire. De même, pendant le festival, la coordination des divers ateliers nécessitait l’obligation d’être patient et attentif à chacun afin que chaque intervenant puisse mener sa tâche dans les meilleures conditions.

Il m’a aussi fallu être très rigoureux dans les travaux pour ne pas oublier tel ou tel élément et que tout soit prêt le jour du festival en tenant compte des impératifs imposés par les différents protagonistes et mécènes, et les délais d’impression.


Quelles sont les connaissances particulières nécessaires à l’accomplissement de cette activité 

Deux points ont été rigoureusement impératifs quant aux connaissances que j’ai dû acquérir :

1 – Sécurité des locaux :
Nous utilisions des bâtiments mis à disposition gracieusement par la municipalité. La charge de la sécurité du public, des bâtiments et des matériels (informatique, cameras, maquettes, etc..) nous incombait. De même avec le théâtre et sa capacité d’accueil maximal du public (436 places) où il a fallu être très prudent.
Dans le cadre de la sécurité, j’ai dû prendre en compte les consignes de sécurités des lieux ainsi que les plans d’évacuation en cas de problème.

2 – Mentions obligatoires légales sur les différents documents imprimés mis à disposition du public :

Pour ce qui concernait notre manifestation, il y eut lieu de prendre en compte les lois suivantes :
– L’article 3 de la loi du 29 juillet 1881 stipule que tout écrit doit porter la mention du nom et du domicile de l’imprimeur. Dans le cas où l’imprimeur serait également l’auteur de l’imprimé, il doit faire figurer ces mêmes informations, suivi de la mention « imprimé par nos soins. » – En cas de manquement, l’auteur s’expose à une amende de 3750 €. Cette loi ne s’applique pas sur ce que l’on appelle des « ouvrages de ville » (Supports du festival concernés : Cartes de visite, cartons d’invitation, Enveloppes à en-tête…).
– L’article 2 alinéa 2 de la loi Toubon n°94-665 du 4 août 1994 et du décret n°95-240 du 3 mars 1995, prévoit que toute publicité, qu’elle soit écrite, parlée ou encore audiovisuelle doit être en langue française. L’utilisation de mots étrangers est admise si ceux-ci sont traduits en français. En cas de non-respect de cette obligation, l’amende est de 750 €. (Supports du festival concernés : Tous).
– L’article L.541-10-1 du Code de l’environnement rend obligatoire d’insérer une mention incitant à la collecte où à la valorisation des déchets. Ainsi, l’inscription « Ne pas jeter sur la voie publique » est couramment utilisée. D’autres mentions, non obligatoires, peuvent figurer, telles que « Imprimé sur du papier recyclé » ou « Imprimé sur du papier PEFC pour le développement des forêts. » L’amende encourue en cas de non-respect de cette obligation est de 750 €. (Supports du festival concernés : Flyers).
– L’article R. 412-52 du Code de la route, interdit de distribuer des tracts ou prospectus aux conducteurs ou occupants de véhicules circulant sur une voie publique, sous peine d’une amende de 750 €. (Supports du festival concernés : Flyers et affiches).
– Proscrire les codes couleurs dits « protégées » : L’écriture noire sur fond blanc est réservée à l’administration publique. (Supports du festival concernés : Tous).
– Stipuler le crédit photo pour les images d’autrui utilisées dans nos publications. (Supports du festival concernés : Photos présentes dans les différents supports de présentation des activités du festival).


Quels matériels, outils, techniques, logiciels, matériaux, produits, utilisez-vous pour réaliser cette activité ?

Je travaillais sur une station graphique Dell Precision T5500 doté d’un Bi-Processeurs Intel Xeon X5650 à 2,67 Ghz.
L’ordinateur disposait de 24 Go ram et d’une carte graphique ATI FirePro V4800 (Fire GL) avec mémoire 4Go dont 1Go dédié et 3Go mémoire système partagés
Je travaillais avec deux écrans 24’’ Eizo ColorEdge CG243W
En complément j’utilisais une tablette graphique Wacom Intuos 4 équipée d’un stylet Grip Pen et inking pen..

> Pour création graphique des différents éléments :

  • Utilisation d’Adobe Photoshop CS5
  • Utilisation d’Adobe Illustrator CS 5.

> Pour la vectorisation des logos et la préparation des zones de découpe laser :

  • Utilisation d’Adobe Illustrator CS 5.

> Pour la mise en page des textes et livrets :

  • Utilisation d’Adobe In Design CS 5.

> Matériel de Façonnage utilisé :

  • Copieur laser Couleur Xerox Docucolor DC242
  • Imprimante laser Xerox Phaser 7760
  • Graveuse/Découpeuse laser Epilogue Elite Mini plus 30 watts – gamma tech
  • Massicot Hydraulique Eba 5560
  • Plieuse/raineuse Morgana
  • Micro perforeuse Ideal
  • Imprimante à Badges Nishka Série P53
  • Agrafeuse

> Pour les prises de vues photographiques Sur le Concours de Labours :

  • J’ai utilisé un boitier Nikon D700
  • Objectifs : AF-S Nikkor 24–70MM F/2.8E ED VR + AF-S Nikkor 70-200MM F/2.8E FL ED VR
  • Flash Speedlight SB-900
  • Filtre UV

> Pour les prises de vues vidéo Sur le Concours de Labours :

  • J’ai utilisé une caméra Panasonic AG-HMC41
  • Le son d’ambiance passait par un micro Panasonic AG-MC200G
  • Le son des interviews passait par un micro-cravate HF Sennheiser ew100 G2/G3
  • Trépied alu pro Manfrotto 100BL avec stabilisateur

> Supports utilisés :

  • Papier 250gr (Plaquette Sponsors)
  • Papier en 160gr (Invitations, bons boissons)
  • Papier 100gr (4 feuillets présentation sponsors, Livret de présentation du festival, Flyers, Affiche,
    Coupon réponse invitation, personnalisation porte-clés, Programmes vendredi et samedi soir, Bons repas)
  • Papier 60gr (Pour les billets d’entrée)
  • Papier beige en 250gr (Invitations)
  • Porte-clés métal (Pour les portes clés)
  • Badges Polymère 86mm X 54mm

Voila, vous avez toutes les infos sur l’organisation du festival IMAGIN’ERE que j’ai eu à gerer. Un exemple parmi tant d’autres destiné à illustrer mes capacités d’organisation et de prise en charge d’un projet.